Dieudonné a été chargé par Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’éducation nationale, qui estime que l’ex complice d’Elie Semoun a ‘fait énormément de mal dans la jeunesse française’.

En entretien avec I-Télé, la ministre était interrogée sur l’échange entre un lycéen et le chef de l’État dans le cadre du ‘Supplément’ sur Canal+.

Un lycéen avait en effet demandé au président de la république s’il était honteux de rire des blagues de Dieudonné, condamné récemment pour apologie d’actes de terrorisme ou encore provocation à la haine raciale.

Najat Vallaud-Belkacem a d’abord parlé ‘des jeunes qui ont l’air parfaitement raisonnables, de réfléchir par eux-mêmes et qui en arrivent à des interrogations qui nous perturbent’.

‘C’est bien qu’ils les expriment’, dit-elle avant de poursuivre : ‘à nous de leur répondre aussi que le racisme, l’antisémitisme, l’apologie du terrorisme, sont des délits et pas des opinions’.

Lorsque le premier ministre Manuel Valls ‘a fait le choix de s’attaquer à Dieudonné et de faire en sorte que ses spectacles soient interdits’, on ‘aurait dû être plus nombreux derrière lui, pas seulement les politiques, la société civile, les intellectuels’ a-t-elle estimé.