Close
Sheila restée proche du premier amour de Ludovic Chancel

Sheila restée proche du premier amour de Ludovic Chancel

Sheila aurait gardé le contact avec Rosa, une blonde d’origine portugaise que Ludovic Chancel, son fils unique, avait épousée en juin 2000.

Cette dernière aurait envoyé une longue lettre à la chanteuse après avoir eu vent de la mort de son ex mari.

Celle qui fera son grand retour sur scène dans quelques semaines «garde précieusement une longue lettre de Rosa, le premier grand amour de Ludovic, une jolie blonde épousée en juin 2000 », précise le magazine Gala dans son édition du 9 août.

Rosa avait été «trompée » et contrainte au divorce « au bout de quelques mois ».
Sheila a aussi pu compter sur le soutien de Franck Appietto, le directeur de la chaine C8, ou encore Janfi, son chorégraphe.

Ils l’auraient dissuadée de lire « ce qui s’écrivait sur sa relation complexe avec son fils ».
La relation entre Sheila et son fils était fusionnelle, affirme cette fois Franck Pedretti, un ami
proche de Ludovic Chancel, qui brise le silence dans les pages de Gala.

«J’ai rencon­tré Ludo­vic au cours d’un été, au début des années quatre-vingt dix, dans la Vallée de Serre-Cheva­lier, où j’ai grandi. Sa mère et son beau-père, Yves Martin, occu­paient un appar­te­ment au Spor­ting de Ville­neuve-la-Salle.
Un ami commun nous a présen­tés, se rappelle le jeune homme dont le magazine Gala dévoile des photos sur lesquelles on le découvre avec le fils unique de Sheila, qui a perdu la vie le 7 juillet dernier des suites d’une overdose médicamenteuse.

« Ludo s’est rapi­de­ment inté­gré à notre petite bande. C’était un mec super­fun, spor­tif, char­meur, avec un petit côté narcis­sique qui nous faisait marrer. Son allure suffi­sait à atti­rer l’at­ten­tion », confie cet ami à l’hebdomadaire people.
« A ‘Serre-Che’, sa filia­tion impor­tait peu. Il lui arri­vait de l’évoquer, mais sans arro­gance. Ludo était fier du parcours de sa mère », poursuit-il.
Il affirme aussi que la relation entre Sheila et son fils était fusionnelle.
«Ils étaient très fusion­nels. Je me souviens des goûters qu’Anny nous prépa­rait dans leur maison de Feuche­rolles, des bœufs impro­vi­sés avec elle et Yves dans le grand studio de la proprié­té… », indique-t-il par ailleurs.

Laisser un commentaire

Close