Close
Sans Valérie Trierweiler, Ségolène Royal devient une sorte de vice-présidente

Sans Valérie Trierweiler, Ségolène Royal devient une sorte de vice-présidente

Depuis le départ de sa rivale Valérie Trierweiler de l’Elysée en janvier dernier, suite au déballage de ‘Closer’, Ségolène Royal semble avoir repris des couleurs rapporte ‘Le Point’, qui revient sur la renaissance de l’ex candidate à la présidence de la république.

Pour l’hebdomadaire, l’ex de François Hollande est devenue une sorte de Vice-Présidente, bras droit du chef de l’État, après avoir traversé bien des tempêtes ces dernières années.

‘Battue aux présidentielles de 2007, perdante au congrès de Reims en 2008, écrasée aux primaires du parti socialiste en 2011 avec 7% des voix, puis humiliée par sa défaite aux législatives de 2012, Ségolène revient en force’, rapporte ‘Le Point’.

‘On a tendance à l’oublier, tant son visage nous est familier, mais Ségolène Royal est une survivante », poursuit le magazine dont le propos est conforté par la ministre de l’écologie elle-même.

‘C’est la preuve que je n’étais pas un aléa de l’histoire’, déclare-t-elle. Très populaire ‘auprès des sympathisants PS’, la rivale de Valérie Trierweiler est désormais ‘incontournable’.

En dépit de cette popularité, hors de question de faire de l’ombre à François Hollande en 2017.
‘La dame en blanc qui avait promis d’autres victoires un soir de mai 2007, sur le toit de Solferino, jure ne plus songer à la présidentielle’, glisse au passage ‘Le Point’.

Laisser un commentaire

Close