Close
Patrick Bruel, sa brune déjà oubliée, son rendez-vous secret avec Amanda Sthers

Patrick Bruel, sa brune déjà oubliée, son rendez-vous secret avec Amanda Sthers

Patrick Bruel a beau être en couple avec Clémence, une jolie brune d’une vingtaine d’années, son coeur continue de battre pour Amanda Sthers, la mère de ses fils. Et ils ont rendez-vous ce soir.

La réalisatrice et le chanteur de 59 ans seront en effet ce soir au Ciné Cité Les Halles à Paris, à l’occasion de la première de « Holy lands », leur première collaboration.
Ce rendez-vous, la réalisatrice s’est fait un point d’honneur à le confirmer via sa page Twitter.


Celui qui s’affiche complice dans les colonnes du dernier ‘Closer’ en compagnie d’une dénommée Clémence, qui travaillerait dans la communication, publiait une photo sur laquelle on le découvrait à Bruxelles sur le tournage de Holy lands, adapté d’un roman de son ex femme et mère de ses fils, Amanda Sthers.

« Bruxelles…Sur le tournage de « Holy lands », avait écrit sur Twitter le chanteur et comédien, en commentaire d’une photo sur laquelle il apparaissait au top de sa forme.
Holy lands suite à la trace Harry Rosenmerck, cardiologue américain, juif ashkénaze, qui a tout quitté pour devenir éleveur de cochons en Terre Sainte.

David, son fils, auteur de théâtre à succès, homosexuel, écrit à son père qui ne lui répond jamais, incapable d’imaginer son fils dans les bras d’un homme. Sa fille, Annabelle, éternelle étudiante de bientôt trente ans, quitte Paris pour fuir un chagrin d’amour.

Et son ex-femme, Monica, mère de ses deux enfants, se découvre un cancer et revisite leur histoire d’amour. C’est auprès du Rabbin Moshe Cattan qui deviendra son ami, que Harry va accepter d’affronter la vie et son issue. C’est une histoire de famille, de changements de vie, de mouvement, de moments où les enfants deviennent adultes. C’est une histoire sur les limites de chacun, sur ce qu’on ne se dit pas, ou trop tard. Sur les élans du coeur qui restent coincés dans la gorge. Sur les instants qui passent et qu’on n’a pas sus saisir.

Laisser un commentaire

Close