Close
Isabelle Adjani -Adjani préfère la Jupe à la burqa

Isabelle Adjani -Adjani préfère la Jupe à la burqa

Isabelle Adjani burqa
Isabelle Adjani burqa

Au début de la semaine, à l’occasion de la cérémonie des Globes de Cristal, Isabelle Adjani s’est dite opposée au port de la burqa, (ou le voile intégral) lui préférant la jupe.

« Cette jupe, c’est celle que portent des milliers de jeunes filles et de femmes pour affirmer qu’elles refusent que l’on confonde l’Islam avec l’aliénation et l’assujettissement des femmes », déclare la star française, sacrée meilleure actrice pour son rôle dans La journée de la jupe lors de cette cérémonie qu avait lieu lundi. Isabelle Adjani ajoute : «  La jupe est une anti-burqa contre l’obscurantisme et la haine des femmes ».

2 comments

  1. Je ne suis franchement pas fan de la burqua ni des autres voiles qui fleurissent dans ce pays ; mais faut quand même bien comprendre que cette polémique c’est le gouvernement qui l’a lancé pour faire diversion sur leur incapacité à résoudre ou a atténuer les problémes de ce pays. Si les politiques avaient fait autant de bruit (en dehors des élections) quand la dette de l’Etat atteignait les 4 millions d’€ qu’ils en font pour les quelques 400 voiles, l’économie se porterait beaucoup mieux. Et on ne verrait pas autant les gens préférer une religion (ou une tradition, ou une secte, selon comment on voit les choses) à la République.
    Ce qui est important c’est ça : « Avec 1.400milliards de dettes, la France est déjà dans la tenaille. Le seul paiement des intérêts de cette dette coûte déjà plus que ne rapporte l’impôt sur le revenu (environ 50milliards). Le cumul 2009-2012 des déficits publics devrait gonfler la facture de près de 400milliards, pendant que les recettes se font rares du fait du chômage, de la décroissance, de la baisse de l’impôt sur les sociétés…, et des nouvelles dépenses sociales. Sans oublier le grand emprunt. »
    Je sais, certains diront qu’une acttrice n’a pas à se préoccuper de la dette nationale mais en tant que citoyenne elle en a le droit eet même le devoir.
    Alors si Isabelle Adjani que je respecte en tant qu’actrice et en tant que femme, voulait bien profiter de ces interventions pour parler de ça, je crois que ça serait plus utile et qu’entre autres problèmes cela règlerait le problème dont elle parle.

  2. HORCHANI Salah says:

    Lettre ouverte à Madame Isabelle Adjani !
    Le débat sur le voile, en France, vient d’envahir cette semaine, par votre bienveillance, Madame, la sphère où, avec grâce, vous évoluez. Et c’est tant mieux. En effet, lors de la cinquième cérémonie des Globes de Cristal 2010, prix artistiques décernés, comme vous le savez, par la presse française, vous avez été désignée « meilleure actrice » pour « la Journée de la jupe », film de Jean-Paul Lilienfeld. A cette occasion, vous avez rendu hommage, Madame, « aux femmes qui se battent contre l’ignorance et la violence », en vous concentrant, essentiellement, sur le problème actuel de la burqa, et ce en déclarant , le lundi 8 courant, sur la scène du Lido à Paris : « Cette jupe, c’est celle que portent des milliers de jeunes filles et de femmes pour affirmer qu’elles refusent que l’on confonde l’Islam, avec l’aliénation et l’assujettissement des femmes ! (…) Une jupe, ce n’est qu’un bout de tissu, mais qu’elle soit courte ou qu’elle soit longue, ce symbole peut nous aider à gagner une bataille contre l’obscurantisme, et même contre ce qu’il convient d’appeler, la haine des femmes. Cette jupe, c’est l’anti-niqab, c’est l’anti-burqa… ». J’aurais aimé, Madame, que vous rappeliez, devant ce parterre écoutant et écouté, que cette violence est, aussi, d’actualité pour toutes les femmes du monde entier avec sa triple tête : violences des mâles, violences de la loi et violences de la société ! J’aurais , également aimé, que vous, Madame, la franco-algérienne, vous parliez aussi, de l’Algérie de vos ancêtres, martyrisée et encore sous la menace de l’obscurantisme le plus extrême, aboutissement, dans ces contrées, de l’absence de démocratie et de l’étouffement de la société civile , situation, Madame, dont nous ne sommes pas à l’abri, mais qui serait, dans nos contrées, l’aboutissement de l’entretien de la stigmatisation et du climat de méfiance à l’égard des populations des banlieues , dites difficiles, et principalement de ses composantes immigrées ou musulmanes , qui n’arrivent pas, déjà, à se faire une place au sein de la société. J’aurais aimé, Madame, que vous parliez de l’exclusion et de la discrimination dont sont victimes vos compatriotes dans cette France éternelle des Droits et des Libertés ! J’aurais aimé, Madame, que vous condamniez, fermement, au soir de son enterrement de seconde classe, cet exécrable débat sur la supposée Identité Nationale, qui aurait dû être celui de la Fraternité Nationale, débat imaginé initialement pour raffermir un lien social distendu, mais qui a manqué, entièrement, sa cible en se transformant, n’en déplaise à ses initiateurs, en un débat de division nationale qui risque de mettre à mal l’unité de la nation française. Cette transformation, Madame, est l’aboutissement de la sortie du Débat du cadre républicain en se focalisant sur l’immigration et sur l’islam , et en ouvrant, grandement, les vannes à toutes les horreurs xénophobes et islamophobes, avec ses couacs , ses dérapages, ses vociférations et ses polémiques, allant en crescendo, et qui ont atteint toutes les sphères médiatiques et politiques. J’aurai aimé, Madame, que vous marquiez votre désarroi de voir la France, pencher, à la suite de ce débat, vers la logique du rejet des autres et le repli sur soi, plutôt que vers le « bien-vivre-ensemble », cette France qui s’est toujours targuée, Madame, d’avoir un message universel à apporter au monde. Les mesures qui figurent dans la synthèse de ce débat, enterré ce même lundi 8 courant, se sont limitées, Madame, à de gestes symboliques, mais aucune mesure ni recommandation pour éradiquer, du moins atténuer, cette tendance du « mal-vivre-ensemble » qu’a révélé ce débat. Etant donné que le prix artistique que vous avez obtenu, Madame, vous a été décerné par la presse française, je suppose qu’elle était nombreuse lors de votre intervention sur les femmes, l’Islam et la burqa. Dans ce contexte, si j’avais eu le privilège d’être informé de ladite intervention, je vous aurai communiqué, Madame, trois petites idées d’actualité que vous auriez pu exposer devant cette presse afin qu’elle les transmette auprès de ses lecteurs et auditeurs :
    La première idée, Madame, concerne le fait que, non seulement le port du voile n’est pas une prescription du Coran ( comme je l’ai montré dans un article paru sur AgoraVox, vous savez ce media en ligne, 100% citoyen et 100% participatif , qui nous permet de nous exprimer, librement, et de nous informer, autrement, et dont les principales missions sont l’information à l’égard du public et le soutien à la liberté d’expression), mais en plus, le Coran n’interdit pas le port du bikini, comme le montre un de mes commentaires associé au dit article.
    La deuxième idée, Madame, est la citation (que j’ai traduite spécialement pour vous), reproduite ci-dessous, d’Averroès (1126-1198), philosophe, médecin et juriste arabe, contemporain de Moïse Maïmonide (1138-1204) et presque contemporain de Thomas d’Aquin (1224-1225), trois figures emblématiques de la tolérance et de l’ouverture dans le domaine religieux. Cette citation, Madame, démontre qu’Averroès est, sans aucun doute, le précurseur de la Défense des Droits des Femmes :
    « Nous ne faisons pas assez pour l’épanouissement des femmes. Les considérer comme étant seulement aptes à enfanter et allaiter peut nuire à notre prospérité, alors qu’elles ont d’énormes capacités que nous avons étouffées par la situation de dépendance dans laquelle nous les avons mises, et qu’elles peuvent contribuer efficacement à la vie de la cité.
    N’oublions pas qu’elles constituent les deux tiers de l’humanité : si on laisse ces deux tiers vivre comme des plantes ou vivre en parasite sur le compte du tiers restant, cela ne peut que conduire nos cités à la ruine et au malheur ».
    La troisième idée, Madame, c’est un petit extrait d’un poème d’Ibn‘Arabi (1165-1241), prestigieuse figure du soufisme et l’un des plus grands visionnaires de tous les temps, poème, intitulé «La religion de l’amour », qui montre ce que doit être l’Islam des Lumières :
    La religion de l’Amour
    …« O merveilles, un jardin parmi les flammes !
    Mon coeur devient capable de toute image :
    Il est prairie pour les gazelles, couvent pour les moines,
    Temple pour les idoles, Mecque pour les pèlerins,
    Tablettes de la Thora et livre du Coran.
    Je suis la religion de l’amour, partout où se dirigent ses montures,
    L’amour est ma religion et ma foi »
    Permettez-moi, Madame, de joindre, à cette Lettre Ouverte, l’assurance de mes sentiments respectueux et dévoués.
    HORCHANI Salah

Laisser un commentaire

Close