Close
Faustine Bollaert agacée par Olivier Véran, «épouvantable », une discussion musclée sur France 2

Faustine Bollaert agacée par Olivier Véran, «épouvantable », une discussion musclée sur France 2

Olivier Véran était sur le plateau de « Quelle époque », l’émission proposée sur France 2, par Léa Salamé et Christophe Dechavanne, où il a échangé avec Faustine Bollaert sur la fin de vie.

Le porte-parole du Gouvernement a refusé de donner son avis sur l’euthanasie, alors que dans quelques semaines le Conseil économique, social et environnemental (CESE) organisera une convention citoyenne à ce sujet.
Les conclusions sont attendues pour le printemps 2023.

«J’ai un avis très clair là-dessus, mais je suis le garant de la neutralité des débats qui se tiennent aujourd’hui », a-t-il indiqué lorsque Léa Salamé lui a demandé de livrer son avis sur cette question.

«Ce n’est pas une question d’être porte-parole. En plus, j’ai eu l’occasion de m’exprimer sur le sujet par le passé, je suis toubib, neurologue, j’ai été confronté dans ma carrière à des patients qui avaient des scléroses latérales amyotrophiques, des maladies de Charcot et qui me demandaient donc quelque chose que je ne pouvais leur donner, tout en considérant qu’ils étaient légitimes à le demander », explique-t-il à propos de sa position.

Il semble pour l’euthanasie, mais en raison de son poste au gouvernement, il est soumis au devoir de neutralité.

Cette position d’équilibriste a irrité Faustine Bollaert, qui qui estime que le métier d’Olivier Véran est épouvantable.

«Ça doit être dur de ne pas avoir de combat personnel, vous devez même défendre des idées qui ne sont pas les vôtres », déplore l’animatrice de Ça commence aujourd’hui.

« Votre gestuelle est intéressante, car, quand vous êtes en ministre, vous vous tenez droit et puis de temps en temps on voit que vous déconnez un petit peu, là vous êtes un peu sympa, vous vous décontractez un peu », plaisante-t-elle. «Je vous regarde depuis tout à l’heure et je ne sais pas ce que vous pensez, je ne sais pas qui vous êtes, on a envie que vous vous mouilliez, en fait ».

Laisser un commentaire

Close