Close
Dieudonné « sans pitié » – « scandale » Jamel Debbouze, la vérité éclate au grand jour

Dieudonné « sans pitié » – « scandale » Jamel Debbouze, la vérité éclate au grand jour

En défendant la diffusion de la lettre d’excuse de Dieudonné, le patron d’Israël Magazine, qui lui a valu quelques critiques de certains membres de la communauté juive, André Darmon charge Jamel Debbouze, et évoque un scandale. Il accuse même l’humoriste d’assassinat, alors que cette affaire a été jugée il y a plus de 30 ans. L’humoriste a été blanchi.

« Je me suis déconnecté quelques heures du tintamarre médiatique, le temps de rentrer chez moi en Israël et d’évacuer le torrent d’insanités qui s’est abattu sur mon modeste couvre-chef italien », écrit le journaliste qui a diffusé dans son magazine communautaire le mea culpa de Dieudonné. Ce dernier a demandé pardon à la communauté juive après une quinzaine d’années de tensions et de condamnations.

« Je tiens à demander pardon à toutes celles et ceux que j’ai pu heurter, choquer, blesser au travers de certaines de mes gesticulations artistiques. Je pense notamment à mes compatriotes de la communauté juive, avec lesquels je reconnais humblement m’être laissé aller au jeu de la surenchère », a écrit Dieudonné dans cette longue lettre. Et sa démarche n’a été jugée crédible par certaines associations, et par des politiques dont Manuel Valls.

Pour se défendre d’avoir donné la parole à Dieudonné, André Darmon charge Jamel Debbouze.
«Je suis à l’origine, seul, du scandale de Djamel Debbouze (qui a tué il y a environ 30 ans le petit Chaumette) et j’ai été en pointe (encore seul) dans le combat contre les escrocs juifs francophones du Forex, ayant été même menacé de mort », a-t-il indiqué.

Le scandale auquel il est fait référence est cet accident de train qui a coûté un bras à Jamel Debbouze et coûté la vie à son meilleur ami. Il était encore adolescent et pas encore connu. L’humoriste a été jugé et blanchi dans cette affaire.
Raphaëlle Bacqué, reporter au Monde, qui avait consacré un documentaire à Jamel Debbouze, évoquait ce drame sur BFM TV.

«Jamel Debbouze, on a commencé par son acci­dent, parce que ça montre ça, cette ville à la fois dange­reuse, violente, tragique. Et c’est effec­ti­ve­ment à la gare de Trappes qu’il va, en voulant aller plus vite, traver­ser les voies pour attra­per plus vite le bus qui le mènera au cœur de ville.

«Il va se faire happer par le train Paris-Nantes qui arrive à toute vitesse. Son copain Jean-Paul en mourra et lui effec­ti­ve­ment sera grave­ment blessé », précisait Raphaëlle Bacqué.

Laisser un commentaire

Close