Close
Carla Bruni-Sarkozy et Valérie Trierweiler, Jean-Luc Romero choisit son camp

Carla Bruni-Sarkozy et Valérie Trierweiler, Jean-Luc Romero choisit son camp

Entre Carla Bruni-Sarkozy et Valérie Trierweiler, le conseiller régional d’Ile-de-France, Jean-Luc Romero, a choisi son camp. Dans un long article publié dans le Huffington Post et intitulé « L’acharnement injuste contre Valérie Trierweiler« , le politicien vient en aide à la compagne de longue date de François Hollande, ciblée par les attaques.
Et c’est pour cette raison qu’il « défend les plus vulnérables » suscite « la haine, le courroux et la jalousie » des « députés UMP ».
Jean-Luc Romero fait allusion au tacle du député UMP, Jean-Charles Tangourdeau qui s’est illustré en déposant 120.000 amendements au projet de loi sur la transparence dont le dernier concerne Valérie Trierweiler.
Après avoir rappelé entre les lignes que la journaliste de « Paris Match » n’avait aucun lien juridique avec le chef de l’état, il demande à ce que « l’ami ou amie, le copain ou la copine, le compagnon ou la compagne du Président de la République appelés Première Dame ou Premier Homme » soit soumis aux obligations de déclarer patrimoine et intérêts.
Jean-Charles Tangourdeaux avait estimé que la première dame bénéficie « d’un certain nombre d’avantages payés par le contribuable et dont il n’a pas connaissance ».
Dans son billet, Jean-Luc Romero rappelle que Valérie Trierweiler coûte moins cher que Carla Bruni-Sarkozy, allusion aux chiffres donnés par Matignon : « Oserais-je rappeler à ce monsieur qu’elle dépense trois fois moins que Carla Bruni ? Trois fois moins ! En, temps de crise, cela me paraît être de la part de la Première dame un vrai signal », a-t-il indiqué, rappelant ensuite l’engagement caritatif de la première dame.

Laisser un commentaire

Close