Close
Alexandra Lamy, une mère face à l’horreur, son cri de cœur

Alexandra Lamy, une mère face à l’horreur, son cri de cœur

Marraine de l’association « Rêvons pour nos pitchounets », Alexandra Lamy vient de crier « sa honte et son dégoût face à une sordide affaire de mœurs ».

Des précisions sont données par le magazine France Dimanche, qui évoque une mère face à l’horreur, occasion de relater cette affaire « sordide, ignoble » que son amie Andréa Bescond, a dénoncée sur son compte Instagram.

Celle qui partage des quelques mois la vie de Pierre G, un homme d’affaires s’est en effet saisie de son compte Instagram pour dénoncer cette affaire impliquant un juge des enfants, Olivier Bailly, condamné pour « instigation, non suivie d’effets, à commettre des violences sexuelles » sur sa propre fille, alors âgée de 12 ans.

Ce magistrat a proposé à des inconnus sur un site internet échangiste « de forcer son enfant mineure à se livrer à des relations sexuelles avec eux ».
Cet homme a été condamné à deux ans de prison, dont un avec sursis, une décision laxiste qui a mis en rogne Alexandra Lamy.

« Tu étais juge pour enfants », lâche-t-elle sur ce réseau social. Tu as proposé à des hommes de violer ta fille de 12 ans sur des sites libertins. Tu as été condamné à deux ans de prison, dont un ferme. Tu as fait appel car tu sais comment ça marche. Alors tu es rentré à la maison avec ton petit bracelet électronique. C’est cool d’être français et d’être un ancien magistrat, Olivier Bailly ».

« Il écrivait sur le site : “Tu vas la forcer”. Il leur suggérait qu’elle soit “humiliée”, qu’ils urinent sur elle, qu’ils s’y prennent à “plusieurs”, voire qu’ils la mettent dans “un réseau de pédos” », écrit Alexandra Lamy, selon les propos rapportés par le magazine France Dimanche, avant d’ajouter ironiquement : « Et vive la France ».

Laisser un commentaire

Close