Close
Alain Souchon chante le Parachute doré

Alain Souchon chante le Parachute doré


Alain Souchon a toujours été engagé et il le prouve. Le chanteur français dont le dernier opus devrait sortir dans les bacs le 1 er décembre, offre à ses nombreux fans une chanson baptisée « Parachute doré » pour évoquer à sa manière la « crise financière grave » que connaît l’économie mondiale.

Pour obtenir la chanson, l’internaute doit s’inscrire sur le site www.alainsouchon.net, en donnant une adresse mail et en acceptant de recevoir la newsletter concernant l’actualité du chanteur. Quelques instants après, il reçoit gratuitement sur son e-mail un fichier mp3 de « Parachute doré », qui dure un peu plus de quatre minutes et dans laquelle Souchon se met dans la peau d’un grand patron.

« Adieu mégaphones, adieux calicots, adieu représentants syndicaux! A moi le soleil et le calypso, la nana et la noix de coco. A moi les alizés, les vents tropicaux », disent les paroles, marquées par l’ironie propre à Souchon.

« En Chine l’usine on délocalise. (…) La boîte a coulé mais pouce! On va se la couler douce (…). La pilule on va se la dorer, j’ai le parachute doré! », dit encore le texte, sur un rythme tropical.

« Un parachute doré, c’est extra. Vous merdez complètement une boîte et on vous donne plein d’argent », commente par ailleurs le chanteur dans une vidéo au ton humoristique mise en ligne sur son site.

« La chanson est gratuite. Je vous la donne puisque de toute façon plus rien ne marche dans le show-business », ajoute le chanteur populaire, âgé de 64 ans, dans une allusion à la crise des ventes de disques, dans une vidéo mise en ligne sur son site.

Son nouvel album, dont la chanson est extraite, aurait initialement dû sortir le 15 octobre mais a été décalé au 1er décembre à cause de la « crise financière grave », poursuit-il sur le ton de la boutade.

Les « parachutes dorés », indemnités de départ de plusieurs grands patrons, ont récemment suscité la polémique en France, notamment ceux des ex-dirigeants d’Alcatel-Lucent Patricia Russo (6 millions d’euros) et Serge Tchuruk

Laisser un commentaire

Close