Close
Vanessa Paradis, insultes, coups bas lors d’un tournage, elle ouvre son coeur

Vanessa Paradis, insultes, coups bas lors d’un tournage, elle ouvre son coeur

Des drames et des insultes qu’elle a pu subir dans le passé, à ses débuts dans le métier, Vanessa Paradis en parle dans le Monde, ce week-end, occasion de revenir aussi sur sa collaboration avec Jean-Claude Brisseau, qui vient de perdre la vie.

La chanteuse de 46 ans est non seulement à l’honneur dans Oops, qui la dit maman à 46 ans, histoire d’alimenter une une prétendue grossesse, mais aussi dans « Le Monde », où il est surtout question de ses débuts alors que le réalisateur qui l’ a dirigée dans ‘Noce Blanche’, le film qui l’a révélée au grand public, a été emporté par la maladie. Le réalisateur lui avait fait payer le fait d’avoir été imposée par la production.

« La profession est rude. Le réalisateur de Noce blanche, Jean-Claude Brisseau, avait
choisi Charlotte Valandray pour le rôle. Mais la production, Les Films du losange, avait des difficultés à monter le film, ils ont cherché des financements à travers mon nom. C’était donc une demande des producteurs », explique Vanessa Paradis, avant de rappeler qu’elle a toujours adoré le cinéma, où elle se rend souvent en famille.

«Le tournage a été dur. Jean-Claude Brisseau était extrêmement particulier. Très grand, très autoritaire, avec cette voix grave », se rappelle-t-elle. Et si ce n’était pas le réalisateur qui l’insultait, c’était son assistant.

Il lui lançait notamment « On a regardé les rushs, tu étais tellement mauvaise hier, tâche de faire un effort aujourd’hui… ».





Laisser un commentaire

Close