Close
Valérie Trierweiler, son impopularité « la cause » de sa séparation

Valérie Trierweiler, son impopularité « la cause » de sa séparation

Si Valérie Trierweiler était populaire, elle n’aurait jamais lâché François Hollande rapporte « Gala » qui relaye une allégation du magazine « Le Nouvel Observateur ». Le président de la république a confirmé fin janvier sa rupture avec la journaliste de « Paris Match« , quelques semaines après les révélations de « Closer » faisant état de sa liaison avec Julie Gayet avec laquelle elle est censée être très « complices » depuis deux ans.

Et depuis, la confirmation de l’implosion du couple présidentiel, les rédactions s’interrogent sur ses conséquences sur la vie de l’ex première dame, de retour à la vie normale après 18 mois passés à l’Elysée.

« Gala » répond à cette question en affirmant au passage que si la popularité de Valérie Trierweiler était au rendez-vous, il aurait été hors de question pour elle de lâcher le morceau. Elle serait peut-être toujours à l’Elysée.

« Mais ce qui était possible pour un couple anonyme à défaut d’être normal, ne l’est pas pour un chef d’État et sa compagne », rapporte « Gala » avant de poursuivre : « Surtout quand elle est la plus détestée de la Ve République ».

« Sans aucun appui populaire, Valérie Trierweiler a choisi la voie de la raison, la séparation et le retour à sa vie d’avant », est-il rappelé.

Un grand déballage serait par ailleurs au programme souffle « Gala » qui affirme l’ex première dame « crouler » sous les propositions.

« A commencer par un livre, comme elle l’a évoqué lors de son voyage en Inde. Il s’annoncerait forcément explosif et pourrait bien mettre un terme à cette entente cordiale », a affirmé la journaliste.

Laisser un commentaire

Close