Tom Waits

Thomas Alan Waits est un compositeur, chanteur, musicien et acteur américain né en Californie à Paloma le 7 décembre 1949. La carrière de Tom Waits débuta à Los Angeles en 1971 quand il signa avec Herb Cohen, manager de Frank Zappa entre autres. Il fit plusieurs séances d’enregistrement avortées avant de parvenir à l’album Closing Time, mélancolique et teinté de country en 1973. L’album reçu un bon accueil critique mais ne connut le succès qu’en 1974 quand les Eagles reprirent un de ses titres : « 01′ 55 ». L’album Heart of Saturday Night montra ses origines de chanteur de night-club avec ses ballades de crooner, mi-parlées, mi-chantées sur un fond de jazz léger. Il enregistra en 1975 Nighthawks at the Diner en présence d’un public restreint pour rendre l’ambiance de ses concerts de l’époque avec notamment les longs monologues entre ses chansons. En 1976 Small Change sortait avec la participation d’un batteur célèbre, Shelly Manne, et une ambiance un peu plus jazzy. Les chansons telles que The Piano Has Been Drinking et Bad Liver and a Broken Heart au style lyrique situé entre Raymond Chandler et Charles Bukowski contribuèrent à installer sa réputation d’artiste sombre. Les albums Foreign Affairs et Blue Valentine, sortis respectivement en 1977 et 1978 étaient dans la même veine, Tom Waits y montrant néanmoins plus de raffinement dans son art vocal. Il entama une longue relation de travail avec Francis Ford Coppola à partir de 1980 qui lui avait demandé de lui composer la musique de son film One From The Heart. Tom Waits joua également dans plusieurs de ses films, Rumblefish, The Outsiders, Cotton Club et Dracula. Il travailla également avec d’autres réalisateurs tels que Jim Jarmusch et Robert Altman. Il écrivit et interpréta avec sa femme Big time, un concert filmé quelque peu surréaliste. Il rencontra Kathleen Brennan sur le tournage de One From The Heart et l’épousa en 1980. Elle est co-auteur de nombre de ses chansons et de ses albums suivants et Tom Waits la cite souvent comme une influence majeure dans son travail. Il quitta Asylum Records pour Island Records en 1983 et sa musique devint moins conventionnelle. Ses trois albums du milieu des années 1980, Swordfishtrombones, Rain Dogs et Frank’s Wild Years présentent une instrumentation éclectique qu’il qualifia lui même d’« Orchestre de Décharge » associant les sections de cuivre de la soul avec les percussions réminiscentes de Harry Partch ou encore la guitare distordue de Marc Ribot. Il modifia également sa voix, sonnant de moins en moins comme un crooner de night-club de la fin des années 1970 que comme Howling Wolf ou Captain Beefheart. Le dernier de ces albums, une comédie musicale de dimension modeste co-écrite avec sa femme, ainsi que ses collaborations futures avec William S. Burroughs sur The Black Rider démontraient son intérêt croissant pour le théâtre qui se traduisit par une carrière d’acteur intéressante en parallèle à la musique. Son travail se distingue généralement par sa voix rocailleuse, sa forte personnalité, sa présence sur une scène de théâtre et l’humour de « bar nocturne enfumé » de ses textes : I’d rather have a free bottle in front of me than a pre-frontal lobotomy (calembour intraduisible signifiant : je préfère avoir une bouteille gratuite devant moi qu’une lobotomie préfrontale). Tom Waits est maniaco dépressif. Tom Waits, bien que Bruce Springsteen ou Rod Stewart aient repris certaines de ses chansons, reste un artiste culte pour un public restreint qui garde ses distances avec un carrière conventionnelle. Tom Waits a toujours catégoriquement refusé que sa musique soit employée pour la publicité et a attaqué en justice plusieurs entreprises qui ont passé outre ses souhaits. Le premier procès se tint en 1988 contre Frito Lay qui fut condamné à un dédommagement de 2,6 millions de dollars. L’entreprise avait approché Tom Waits pour l’utilisation de l’une des ses chansons dans une publicité. Tom Waits refusa, Trito Lay fit alors enregistrer un jingle publicitaire ressemblant à « Step Right Up » par un chanteur ayant une voix similaire à la sienne. Ironiquement, Tow Waits avait écrit cette chanson comme une dénonciation de la publicité. En 1993, la reprise de la chanson « Heartattack and Vine » Screamin’ Jay Hawkins par Tom Waits fut utilisée dans une publicité de Levis. Tom Waits fit un procès et Levis accepta de cesser d’utiliser la chanson et publia une pleine page d’excuse dans Billboard Magazine. En 2000 une publicité espagnole pour Audi présentait une musique suffisamment proche de « Innocent When You Dream », dont Tom Waits leur avait refusé l’usage, pour que le tribunal reconnaisse une violation de ses droits moraux en plus d’une violation du copyright. Le producteur de la publicité Tandem Campany Guasch fut condamné à payer des compensations à Tom Waits par le biais de son éditeur espagnol.





Ecrit par:

Journaliste de formation. Après avoir écumé plusieurs magazines français, j'ai décidé depuis 2010, et par amour, de m'installer au Maroc.

Laisser un commentaire

Legossip.net - 2020 - Contact - Mentions légales