Quand François Mitterrand demandait à Michel Charasse d’abréger ses souffrances