Close
Stéphane Guillon rétablit la vérité sur son éviction sur C8

Stéphane Guillon rétablit la vérité sur son éviction sur C8

Dans une lettre ouverte, Stéphane Guillon a réagi à son éviction de C8, pour avoir balancé à plusieurs sur Vincent Bolloré, le patron du groupe Canal Plus.

Après avoir agacé à plusieurs reprises Vincent Bolloré, le grand patron de Canal Plus, l’humoriste est cette fois poussé vers la sortie.

La saison prochaine, il n’officiera plus en qualité de polémiste dans Salut les Terriens, le rendez-vous de Thierry Ardisson sur C8, la petite soeur de Canal Plus.

Son éviction par sa direction a été confirmée par Pure­mé­dias, qui affirme que l’intéressé n’a pas pu compter sur le soutien de Thierry Ardis­son.

«Cette déci­sion a été impo­sée à Thierry Ardis­son par la direc­tion du groupe », précise Pure­mé­dias.

Son éviction, Stéphane Guillon y revient dans une lettre ouverte.

«J’aurais bien aimé que le groupe Canal Plus, avec qui je travaille depuis 2003, me prévienne, un petit coup de téléphone, cela se fait entre collègues. Pas un pot de départ, je n’en demande pas tant, mais un appel, ou un texto agrémenté d’un Smiley l’air contrit, écrit-il. C’est peut-être mieux aussi d’avoir attendu que j’enregistre les deux dernières émissions jeudi dernier pour me congédier. J’aurais pu écrire une chronique sur mon licenciement et ça aurait mis une ambiance de merde».

Stéphane Guillon confirme que son départ a été imposé à Thierry Ardisson.

«Je sais que la décision de me virer a été imposée à Thierry Ardisson et qu’il en est malheureux. Je profite de ces quelques lignes pour l’embrasser et le remercier pour sa fidélité et la très grande liberté de ton qu’il m’a toujours accordée, et ce depuis notre rencontre en 2006. » Stéphane Guillon revendique une nouvelle fois sa liberté de ton et se félicite d’avoir « soutenu cette année les salariés en grève d’i-Télé (devenue CNews) ».
«Je suis entièrement rassuré par cette marque d’amour, mais je ne voudrais surtout pas qu’ils se sentent obligés de le faire. Je peux leur racheter les droits s’ils le souhaitent. En magasin, on a quinze jours pour rapporter un article qui ne vous satisfait pas. Là, ça fait plusieurs mois qu’ils ont acheté le produit, mais je suis prêt à faire un geste. Le client est roi ».
L’humoriste conclut en remerciant ses fans pour leur fidélité. « Vous me manquerez. »

Laisser un commentaire

Close