Du clash opposant Rohff et Booba ou encore de celui-ci et la Fouine, les rappeurs marseillais d’IAM n’en ont que faire.

En confidence lors d’un entretien avec l’édition en ligne de 20 minutes, le groupe marseillais s’est refusé à commenter ces clashs qui ternissent l’image du rap.
« No comment. », ont-ils ont répondu lorsqu’une question dans ce sens leur a été posée.
Le groupe espère ainsi élever le débat et de permettre à « certains auditeurs de chercher le sens de certains mots dans le dictionnaire », lance Akhenaton. Il s’agit d’une pique à peine voilée à la nouvelle génération de rappeurs.
Hors de question cependant pour eux de se prendre pour des légendes, explique ensuite Akhenaton, interrogé cette fois par Metro.
« On ne se voit pas comme ça. Mais si notre parcours peut inspirer, c’est qu’on est toujours restés intègres, fidèles à nous-mêmes. On n’a juste jamais cessé de vivre, ni de s’amuser », dit-il.
Si les membres de IAM ont refusé de commenter les clashs, leurs protégés, les Psy 4 de la Rime ne sont pas gênés pour le faire.
« Dans le rap, il y a des clashs depuis la nuit des temps, mais là ils ont dépassé les limites », a déploré Alonzo, membre du groupe. En tant que rappeurs, on est déjà exclus de l’essentiel des plateaux télés à cause de la mauvaise image de notre musique. Leur comportement la ternit encore plus ».





Étiqueté dans :
, ,