Close
Pierre Carles

Pierre Carles

Pierre Carles (2 avril 1962 – ) est un journaliste et documentariste français. Il développe à travers ses films une critique du milieu médiatique, dont il dénonce les connivences croisées. Il est aussi un des membres fondateur d’un journal Pour lire pas lu (PLPL). Diplômé de l’IUT de journalisme de Gradignan (33), Pierre Carles est très influencé par Alain Accardo et Michael Moore à ses débuts. Pigiste pour Christophe Dechavanne ou Thierry Ardisson, il montre à la télévision le 25 janvier 1992 que l’interview de Fidel Castro réalisée par Patrick Poivre d’Arvor un mois plus tôt est un faux, prouvant par l’image une imposture dénoncée par Télérama le 1er janvier. Son reportage, initialement programmé le samedi 18 janvier dans l’émission Double jeu de Thierry Ardisson, a été déprogrammé à la demande du président d’Antenne 2 Hervé Bourges, puis est finalement passé une semaine plus tard. Il est vite remarqué pour ses documentaires dans l’émission Strip tease dont, entre autres, le magistral Pizza Americana que l’on peut voir dans « Attention danger travail ». Il finira d’envenimer ses relations avec les ténors de la télévision française avec le film Pas vu pas pris. Suite à une campagne de soutien organisée par Gébé et Charlie Hebdo, Pas vu pas pris sort au cinéma. Pierre Carles se lance ensuite dans un film à petit budget sur le sociologue Pierre Bourdieu, La sociologie est un sport de combat, qui sera un succès en salle. Il clôturera sa réflexion sur le monde télévisuel avec Enfin pris. Il est un des fondateurs du journal Pour lire pas lu (PLPL). Il a co-réalisé le film Attention danger travail où il mène une réflexion sur les laissés-pour-compte du marché du travail et le nouveau prolétariat urbain. Autofinancé, il peut s’autoriser une liberté de ton que très peu de réalisateurs ont, ce qui lui permet de nous faire part de divers travaux non orthodoxes dans les champs des sciences sociales entre autres. Aucune des œuvres récentes de Pierre Carles n’a été diffusée à la télévision et même ses interviews pour des journaux et des magazines sont systématiquement censurés ou déformés. Ses long métrages jouissent d’un succès systématique dès leur sortie en salle, ses travaux originaux le rangent parmi la nouvelle génération de documentaristes et journalistes directement influencés par la sociologie des médias américains. Le travail de Pierre Carles s’inscrit parfois dans un registre proche de celui de Serge Halimi, ou de Gilles Balbastre, et a ouvert la voie à de nombreuses initiatives dont l’association Action-Critique-Média (Acrimed). Aujourd’hui il participe à un renouveau des médias indépendants grâce, entre autre, à Pas vu pas pris mais aussi au livre de Serge Halimi Les nouveaux chiens de garde ou à l’entretien de Gilles Balbastre dans La misère du monde. On peut le considérer comme un mouvement de critique des médias inspiré par le livre Manufacturing consent de Noam Chomsky mais aussi par le cadre théorique de la sociologie bourdieusienne, dont l’observatoire français des médias est certainement la continuité. Pierre Carles a fait une apparition dans le film Aaltra (octobre 2004) de Benoît Delépine, en jouant un chirurgien. Parmi ses projets en cours, un film sur le sociologue Loïc Wacquant Uppercut, ainsi qu’un long métrage, Volem rien foutre al pais, prévu fin 2005, comme suite de Attention danger travail. Comme co-réalisateur avec Eric Martin, il prépare également Choron dernière.

Laisser un commentaire

Close