Close
Patrick Fiori, bébé en route avec Charlène – face un terrible drame familial

Patrick Fiori, bébé en route avec Charlène – face un terrible drame familial

Engagé dans une relation amoureuse avec Charlène, une jeune femme de 27 ans, et qui serait enceinte de leur premier enfant, Patrick Fiori l’aurait sans doute déjà mise au courant d’un drame familial, un devoir de mémoire qui se transmet de génération en génération.

D’après le magazine Voici, la vie du coach de The Voice aurait connu un tournant inédit à la suite de la soirée du 12 septembre 2021.
Ce soir-là, juste après son face à face avec son public à Toulouse, le pote de Florent Pagny aurait croisé la route d’une jeune fan de 27 ans, Charlène, pour laquelle il a eu un véritable coup de foudre.

« Ce n’est pas quelque chose qui lui ressemble mais Charlène a agi sur lui comme une révélation, il ne pouvait plus se passer d’elle », a confié une source.
Ils seraient ensemble depuis quelques mois. Sa compagne serait même enceinte de leur premier enfant, et son accouchement serait prévu pour le début de l’année.
Elle ferait donc partie de sa famille, et l’aurait informé de ce dame qui a touché sa famille, celui du génocide armé­nien, perpétré d’avril 1915 à juillet 1916.
Les deux tiers des Arméniens qui vivent alors sur le territoire actuel de la Turquie périssent du fait de déportations, famines et massacres de grande ampleur.

«C’est l’histoire de ma famille, et c’est mon histoire aussi. Moi, je suis un rescapé du géno­cide. », confiait-il, avant d’ajouter : « Mon père a mis long­temps à nous en parler, parce qu’à aucun moment, il ne voulait que ce soit une arme pour nous. Je devais avoir 13, 14 ans et je sentais qu’il y avait une chape de plomb. C’était tabou ».

«Un jour, je l’ai attrapé, et je lui ai dit : Main­te­nant, c’est impor­tant pour moi. Dis moi ce qui vous est arrivé’,. Là, il m’a expliqué qu’il y a eu une famille qui avait été oubliée dans un village [lors de ce géno­cide]. Tout le village a été massa­cré. Et la dernière maison, tout le monde était en train de prier autour du chau­dron parce qu’on allait venir nous massa­crer aussi… Sauf qu’ils nous ont oubliés. Ils ont oublié une maison, celle des Chou­chayan’.

Laisser un commentaire

Close