Close
Michel Cymès – Un nouveau cancer, sa mise en garde

Michel Cymès – Un nouveau cancer, sa mise en garde

Quelques mois après l’annonce de sa maladie, Michel Cymès subirait une récidive de son cancer, annonce en titre le magazine France Dimanche.

L’animateur et médecin a été frappé par un cancer du sein en 2008, une maladie sournoise qui lui a été diagnostiquée suite à un accident de ski.
Ce cancer, Michel Cymès avait préféré le garder secret durant longuement, y compris à ses proches.

Et il a fini par ouvrir son cœur à ce sujet dans son autobiographie intitulée Rien n’est impossible, publiée en octobre aux éditions Stock.
«C’est très intime, il faut digérer », a-t-il déclaré à Soir Mag. Si je l’avais dit et que toutes les cinq minutes, on était venu me demander des nouvelles, je ne serais pas sorti de cette ambiance mortifère et obsessionnelle ».
« On peut en effet comprendre l’attitude de cet homme parfaitement au fait des risques qu’il encourait, brutalement passé du statut de médecin à celui de patient », commente de son côté la publication.

Et le nouveau « cancer » auquel il se serait confronté, auquel France Dimanche fait référence est en réalité, sont en réalité les réseaux sociaux.
« Ce mal si grave, si fulgurant, si agressif, peut s’abattre sur n’importe lequel d’entre nous, nous dévorant à petit feu et nous transformant en le plus désespéré des êtres humains au point de vouloir en finir », est-il indiqué.
« C’est le cancer de la société », écrit-il dans les colonnes du magazine Le Soir.

«Le danger est terrible. De désinformation, a regretté le mari de Nathalie. Ils donnent la possibilité à des gens qui, avant, ne contaminaient que leur entourage proche au zinc d’un bistrot en répondant à leurs conneries. C’est un cancer pour la société vu l’anonymat ».

«Si vous levez cet anonymat, vous allez calmer une foule de gens. » Et celui qui, il y a bien longtemps, a prononcé le serment d’Hippocrate de résumer avec une grande amertume : « On vit une époque de lâcheté, de lynchage, d’agressivité permanente, de haine. »

Laisser un commentaire

Close