Close
Marie Laforêt

Marie Laforêt

Marie Laforêt est le nom de scène de Maïténa Doumenach, née le 5 octobre 1939 à Soulac-sur-Mer (33). Sa carrière commence « par hasard », après qu’elle a remporté le concours « Naissance d’une Étoile » organisé par Europe N°1 en 1959. Elle y avait remplacé sa sœur au pied levé… et devait décrocher un rôle dans un film de Louis Malle Liberté. Le projet de film de Louis Malle est abandonné et finalement, ce sera avec Alain Delon dans Plein Soleil de René Clément qu’elle fera sa première apparition remarquée au cinéma. Les rôles se suivent, elle épouse le réalisateur Jean-Gabriel Albicocco, qui la fait tourner dans plusieurs de ses films, notamment la Fille aux yeux d’or d’après Balzac. En février 1963 sort son premier 45 tours qui marquera sa carrière pour toujours, c’est l’avènement des Vendanges de l’Amour, un énorme succès, à des centaines de lieues des tubes yéyé du moment. Les tubes s’enchaînent… À la fin des années 1960, Marie entame un tournant et souhaite orienter sa carrière vers des titres plus variés dont elle sera une pionnière en France. Un récital inoubliable au Théâtre de la Ville en 1969, un enregistrement public de ces titres suivront. Mais cela ne plaît pas à CBS, sa nouvelle maison de disque. Ils attendaient des tubes et des chansons légères, Marie, elle, avait envie de berceuses yougoslaves dans l’air du temps… À partir de ce moment et pour reprendre ses termes, Maïtena ne sera plus que « la proxénète » de Marie : elle fera ce que les maisons de disques et le public attendent d’elle… Plusieurs années passent, des albums aussi, et hélas, peu de titres restent… Deux grands succès ont cependant marqué cette période : Viens, Viens, adaptation d’un tube anglais, et Il a neigé sur Yesterday, chanson-hommage aux Beatles. Durant les années 1980, Marie se consacre surtout au cinéma, en France bien sûr, mais aussi en Italie. Peu de titres sortent malgré quelques tentatives en 1983 par exemple avec Blanche nuit de satin. 1993 est l’année du grand retour tant attendu : un album magnifique dont elle signe tous les textes, sans pseudonyme cette fois. Une merveille. Ce sera les derniers titres que Marie nous offira. On retiendra par exemple Genève, ou bien ou encore Ma Viva… La carrière de Marie se poursuit pendant les années 1990 au cinéma, on la voit dans de nombreux films dont Tikho Moon d’Enki Bilal où elle est tout simplement superbe ! Désormais, c’est sur les planches que l’on peut admirer Marie Laforêt. Après avoir joué Maria Callas, dans Master Class pour laquelle elle eut d’excellentes critiques, on a pu la voir durant un mois à l’Espace Cardin en 2004 dans Jésus la Caille de Francis Carco. Elle participe également chaque semaine sur Europe 1 à l’émission de Laurent Ruquier « On va s’gêner » : à vos oreilles! Marie Laforêt remonte sur scène du 14 au 16 juillet 2005, dans le cadre du Festival Juste pour Rire de Montréal, qui sert d’avant-première à une série de spectacles au théâtre des Bouffes Parisiens, à Paris, du 12 au 24 septembre 2005, pour son premier tour de chant depuis 1972. Le public parisien est au rendez-vous, le spectacle se joue à guichet fermé. Il serait désormais question d’un DVD du spectacle, d’un CD… et d’une tournée en province : quel retour!





Laisser un commentaire

Close