Close
Léa Salamé et Laurence Haïm, la fin de la guerre chez Laurent Ruquier (vidéo)

Léa Salamé et Laurence Haïm, la fin de la guerre chez Laurent Ruquier (vidéo)

Léa Salamé a profité du passage de Laurence Haïm  dans ‘On n’est pas couché’ pour évoquer une petite brouille qui remonte à 2011 alors que la complice d’Aymeric Caron venait de débarquer sur i-Télé.

‘Moi je débarque à i-Télé en 2011 et on me dit : « Tu prends Laurence Haïm ! » Comme à chaque fois, il faut improviser, etc. Je pose une ou deux ques­tions à Laurence Haïm qui ne lui plaisent pas. Et là… elle m’in­sulte ! Sauf que moi, j’en­tends pas ! C’est l’ingé-son qui vient me dire : « Dis donc, elle t’as cassée !’, se rappelle la chroniqueuse de On n’est pas couché’, avant d’en rajouter une couche.

‘Parce que Laurence pense qu’à Paris, quand on est présen­ta­trice de JT, elle pense qu’on est forcé­ment des lectrices de promp­teurs, qu’on est un peu débile, etc’, glisse-t-elle.

‘Du coup, je lui ai écris. Je lui ai envoyé un mail. Ce qu’on faisait pas parce que les gens flip­paient litté­ra­le­ment de Laurence Haïm. Mais quand l’ingé-son m’a dit ça, je lui ai envoyé un mail un peu sec’.

Laurence Haïm revient également sur cet épisode. ‘Je t’ai pas cassée’, lance-t-elle tout d’abord à sa collègue. ‘Quand on est jour­na­liste, y’a deux versions. Moi je vais faire ma version. (…) Je suis en direct, à New York, sur une histoire qui me tenait vrai­ment à cœur. Et j’avais vrai­ment envie de racon­ter cette histoire, de la faire vivre, etc. (…) Léa me pose des ques­tions. Je suis très éner­vée parce que moi, j’avais vrai­ment envie de faire vivre au mieux le truc, etc. Et effec­ti­ve­ment, c’est la fin du duplex et tout. Et le micro reste ouvert et je dis : Mais c’est quoi cette pé**** ? ! Cette bimbo ?! J’en ai ras le bol ! ».

‘Et donc Léa, de manière très coura­geuse et très bien, m’en­voie un email qui m’a beau­coup marquée en me disant : Voilà, je suis très sensible. On peut respec­ter les gens. Qu’est-ce qui se passe ? Voilà. Je m’ap­plique beau­coup, je travaille. » Et j’étais très malheu­reuse d’avoir eu ce mot.

Et ça a duré pendant pas mal de temps. Et quand tu es arri­vée ici, je t’ai envoyé un email en disant : Voilà. Tu défend quelque chose qui est impor­tant pour moi en tant que femme jour­na­liste, qui est basé peut-être sur la rigueur, le sérieux, autre chose… » Et elle m’a renvoyée un email très drôle en me disant : « Merci beau­coup, ça me touche. Ta Bimbo préfé­rée », a-t-elle précisé.





Laisser un commentaire

Close