Close
Prince Harry, immunité diplomatique refusée, son geste louable face à la crise sanitaire

Prince Harry, immunité diplomatique refusée, son geste louable face à la crise sanitaire

Pour son grand retour à Londres à l’occasion des funérailles du prince Philip, le prince Harry a refusé un régime de faveur, celui de se prévaloir de son « immunité diplomatique » pour échapper à des restrictions liées à la crise sanitaire.

Le duc du Sussex a fait son grand retour à Londres ce week-end pour assister aux funérailles de son grand-père, décédé paisiblement dans son lit à l’âge de 99 ans.

Il a d’ailleurs été repéré ce week-end à l’aéroport, juste avant de se rendre à Nottingham Cottage du palais de Kensington, où il a vécu quelques mois avec Meghan Markle avant de poser ses valises à Frogmore Cottage à Windsor. C’était avant son départ à Los Angeles.

Et d’après le spécialiste des têtes couronnées Chris Ship, le prince Harry se soumettra à la quarantaine.

« Nous pensions qu’il aurait pu s’en tirer avec son immunité diplomatique », a précisé ce spécialiste devant les caméras de ITV. «Mais il a refusé, conscient qu’un éventuel régime de faveur aurait pu jouer contre lui ».

À l’issue des cinq jours, s’il est négatif au Covid, le prince Harry aura l’opportunité de rencontrer les autres membres de la famille royale, en particulier, la reine Elizabeth II, anéantie par la disparition de son roc.
Katie Nicholl, une autre spécialiste, affirme de son côté que le prince Harry séjourne à Frogmore.
« Bien qu’il ne soit qu’à quelques pas du château de Windsor, où la reine est en résidence et le prince Philip repose dans la chapelle privée, Harry ne pourra pas voir la reine ou tout autre membre de la famille jusqu’à ce qu’il ait effectué le protocole Covid nécessaire », a-t-elle indiqué à Vanity Fair.

Laisser un commentaire

Close