Close
Laurent Ruquier, son homosexualité « jamais » abordée avec ses parents

Laurent Ruquier, son homosexualité « jamais » abordée avec ses parents

Son homosexualité, Laurent Ruquier en parle dans son autobiographie « Radiographie » dont des extraits ont été relayés par le magazine « Public ».

« Mon avenir allait aussi changer grâce à une collègue pionne. Elle s’appelait Béatrice Paradis (Laurent Ruquier était aussi surveillant). Un nom prédestiné à changer ma vie », écrit l’animateur de « On n’est pas couché », où il accueillera la saison prochaine Léa Salamé, qui officiera comme chroniqueuse à la place de Natacha Polony.

« C’est la première personne à qui je me suis confié. A commencer par mes doutes par rapport à ma sexualité. J’avais 21 ans. Être homo, c’est à peine si je savais ce que c’était », se rappelle l’animateur vedette de « France 2 », qui avait confirmé son homosexualité en 1999 lors d’un spectacle.

« En 1999, quand j’avais écrit mon premier one-man show, ‘Enfin gentil’, mon metteur en scène, Pascal Légitimus, m’avait dit ‘ça serait bien que tu parles de toi. J’avais cherché, ce qui pouvait me caractériser. Je m’étais arrêté sur deux particularité, mes lunettes et mon homosexualité. Je décidais de faire mon coming-out. Je ne sais pas si mes parents l’avaient deviné- Jamais le sujet n’a été abordé. Mais je n’ai jamais regretté d’avoir fait ce sketch qui m’avait libéré », se réjouit-il.

C’était gonflé de le faire sur scène

L’animateur de « France 2″ avait évoqué ce sujet lors d’un entretien avec « Le Point ».
« C’était gonflé de le faire sur scène. Mais je l’aurais fait de toute façon. Ça m’a libéré, transformé ! Il faut être le plus possible en accord avec ce que l’on ressent », confie-t-il, expliquant n’avoir jamais souffert de son homosexualité.

« Je ne savais pas moi-même que j’étais homo, donc les autres ne pouvaient pas le savoir. Dans ces années-là au Havre, dans une famille ouvrière, les seuls homosexuels que je connaissais étaient Michel Serrault dans La Cage aux folles, et le transformiste Zaza Blonders. Je ne pouvais pas imaginer ni comprendre ce qu’était l’homosexualité », dit-il.

Laisser un commentaire

Close