Malgré son train de vie, le fiancé de Laeticia Hallyday, Pascal B, serait confronté à une situation financière périlleuse en raison de son activité professionnelle. Les restaurateurs traversent une sale période. Un SOS à un ministre.

Au printemps dernier, « France Mag » assurait que si Laeticia Hallyday était au bord de la ruine en raison des dettes fiscales du Taulier, estimées à 30 millions d’euros, c’est aussi le cas de son fiancé, Pascal B, à la tête de plusieurs restaurants à Paris.

S’il ne brise pas le silence à ce sujet, Philippe Etchebest, le top chef de M6, tirait la sonnette d’alarme.

« 40 % des établissements ne rouvriront pas » cet été.
Et c’est confirmé par « Le Parisien » dans son édition du 1 er août, qui confirme que les assureurs sont appelés à contribution.

Laurent Trochain, cofondateur de l’association #restosensemble, vient d’envoyer
310 dossiers de restaurateurs — « de la crêperie aux trois étoiles » —, au cabinet d’avocats Dupond-Moretti – Vey », le cabinet fondé par Eric Dupond-Moretti, l’actuel ministre de la Justice, qui devrait défendre leurs intérêts face aux assureurs.

Laeticia Hallyday a confirmé dans « Paris Match » que l’essentiel de l’héritage de Johnny Hallyday était immobilier. Il n’y aurait pas de liquidité.