Close
Laeticia Hallyday déglinguée, ces séquelles de ses années d’anorexie

Laeticia Hallyday déglinguée, ces séquelles de ses années d’anorexie

Même si Laeticia Hallyday affiche relativement au top, malgré sa maladie, pour autant, elle n’aurait pas avec ses démons.

La fiancée de Jalil Lespert doit toujours faire face à ses vieux démons, et notamment l’anorexie qui marque ses victimes à tout jamais, rapporte le magazine Intimité Dimanche, dans son numéro daté du 20 avril avec Michel Sardou en Une.

Celle qui fera son retour en juin prochain en France explique que tout a commencé lorsqu’elle avait 14 ans.

Son père, dépressif et suicidaire après une brutale rupture amoureuse, a posé ses valises à Miami et elle ne le voyait presque plus.
Laeticia Hallyday l’a alors rejoint pour l’aider. Sauf que voilà, « alors que son père allait de mieux en mieux, elle, s’est mise à dériver », rappelle la publication.
Ce propos est corroboré par l’intéressée.

« J’en suis sortie complètement déglinguée. J’ai sombré dans l’anorexie. Je ne savais plus quoi faire de moi, je n’avais aucune estime de moi-même. », a-t-elle déclaré. « L’anorexie est sans doute responsable de ma stérilité. J’ai été enceinte plusieurs fois. J’ai perdu mon dernier enfant à quatre mois et demi de grossesse ».

Heureusement, Laeticia Hallyday a pu compter à l’époque sur le soutien du père de ses filles, Jade et Joy, comme elle peut compter aujourd’hui sur Jalil Lespert.

«Je n’aurais sans doute pas survécu à l’anorexie. Je reviens de loin. Il m’a permis de me recentrer », disait-elle. « À la moindre épreuve, je ne me nourris plus, je ne bois plus. Je peux perdre 5 kilos en une semaine. À chaque fois, je me demande où le corps et l’esprit trouvent la force de se relever ».
D’après Closer, sa maladie, l’hypokaliémie, caractérisée par la diminution de la quantité de potassium dans le sang, serait peut-être une séquelle de ses déboires passés.

« Ce corps filiforme, (…) garde manifestement des séquelles de ses années adolescentes à souffrir d’anorexie », a précisé la publication.

Laisser un commentaire

Close