Close
Karim Benzema – Le coup de pouce de son ex-avocat à Emmanuelle Seigner allumée sur TF1

Karim Benzema – Le coup de pouce de son ex-avocat à Emmanuelle Seigner allumée sur TF1

L’ex-avocat de Karim Benzema, Alain Jakubowicz, a réagi à la sortie d’Emmanuelle Seigner dans 7 à 8 sur TF1, où elle a défendu son mari accusé de viol sur mineur aux États-Unis. Une affaire à plus de 50 ans.

L’homme de loin a évoqué la présomption d’innocence, en basant sur les confidences livrées par la comédienne.

« Emmanuelle Seigner à propos de son mari Roman Polanski « la présomption d’innocence, c’est ce qui fait la différence entre la démocratie et la dictature », a-t-il relayé sur son compte Twitter.
Son sentiment n’est pas partagé par la majorité des internautes.
« Il est peut-être utile de rappeler à Emmanuelle Seigner que Roman Polanski a plaidé coupable après avoir violé la gamine de 13 ans, avant de s’enfuir des USA ».

« Toutes les filles voulaient coucher avec lui. Je pense vraiment pas qu’il avait besoin de violer », a aussi glissé Emmanuelle Seigner.
« Oh qu’elle est importante, cette phrase d’Emmanuelle Seigner pour défendre Roman Polanski (qui a reconnu avoir couché avec une fille de 13 ans quand lui en avait 43) », a commenté de son côté un internaute.

« Il y a de très bonnes choses dans #MeToo, c’est très bien que la parole se libère. Si on a vécu des viols, des incestes, des choses terribles, c’est très très important que les femmes puissent parler et soient entendues. Néanmoins, nous assistons à beaucoup de dérives, beaucoup d’abus, de mensonges, qui décrédibilisent ces victimes et qui ne leur rendent pas service », a par ailleurs confié l’actrice.

Emmanuelle Seigner a aussi réagi les accusations contre son mari, qui a eu une relation avec une jeune fille de 14 ans.

«Oui c’est jeune, bien sûr, mais c’était une époque très permissive. Le rapport à l’âge, aussi, a beaucoup changé. On louait la Lolita, on la célébrait. Donc moi, ayant commencé à être mannequin à 14 ans, ce n’était pas une histoire qui me choquait. On n’est pas obligés d’applaudir cette époque, mais c’était comme ça », dit-elle.

Roman Polanski et sa présumée victime sont toujours en contact.
«Ils s’envoient des e-mails. Elle, elle en peut plus de ce statut de victime. Elle le dit, le répète mais tout le monde s’en fiche », affirme la comédienne.

Laisser un commentaire

Close