Close
Kad Merad, « Enfant, j’ai toujours vécu à la française »

Kad Merad, « Enfant, j’ai toujours vécu à la française »

Kad Merad a fait dans la confidence lors d’un entretien avec le supplément week-end du « Parisien », où il évoque non pas les rumeurs de sa relation avec Julia Vignali, mais son enfance et ses projets.

Après s’être livré dans « Vivement Dimanche », où il a retrouvé son ex femme, le comédien a accordé une interview au supplément week-end du Parisien, dans le cadre de la promotion du « Petit Nicolas ».

Et à cette occasion, il revient sur son parcours et ses origines algériennes, ainsi que sur l’intégration, « un terme » qui ne lui convient pas.

« Le terme intégration ne me convient pas. Oui, je suis né à Sidi Bel Abbès, en Algérie, mais n’y suis resté que quelques mois », rappelle-t-il tout d’abord. « Mon père ne nous a jamais parlé arabe. Enfant, j’ai toujours vécu à la française, dans un pavillon de banlieue, dans l’Essonne », a rappelé le comédien de 50 ans, né d’une mère française et d’un papa d’origine algérienne, qui a changé de prénom.

c’était difficile de s’appeler Mohamed et de commander des Jean-Pierre ou Jean-Jacques

« Dans les années 1960, c’était difficile de s’appeler Mohamed et de commander des Jean-Pierre ou Jean-Jacques. Les Algériens essayaient aussi de ne pas se faire remarquer, une question d’humilité », rappelle Kad Merad qui à ses débuts dans la comédie, a pris le nom de François Béguin, le nom de sa mère « pour ne pas être cantonné à des rôles d’épicier arabe toute (sa) vie ».

« Puis l’histoire de mon père m’est revenue avec force et j’ai décidé de rester Kadour Merad », explique celui qui serait en couple avec Julie Vignali, l’animatrice des « Maternelles » sur France 5.

Laisser un commentaire

Close