Close
Johnny Hallyday : La mort « une préoccupation quasi quotidienne »

Johnny Hallyday : La mort « une préoccupation quasi quotidienne »

Ardavan Amir-Aslani, l’avocat de Laeticia et Johnny Hallyday, revient sur sa rencontre avec le rockeur.

C’était en 2011.

« Il s’était aventuré dans des montages fiscaux peu rationnels –, il venait de se séparer de son producteur et s’inquiétait de ne pas avoir une vision précise de son patrimoine. Il voulait tout mettre à plat et que cela devienne d’une clarté limpide », précise l’homme de loi.

C’est en 2014 que Johnny Hallyday a décidé d’établir ses dernières volontés.

«Bien qu’étant un sujet tabou, la mort était pour lui une préoccupation quasi quotidienne. D’abord parce qu’il était passé tout près, en 2009, et que cela l’avait secoué. Aussi parce qu’il était conscient de l’écart d’âge conséquent avec son épouse, avec ses deux plus jeunes filles, précise Maitre Ardavan Amir-Aslani. Peu de temps après sa naissance, son père était parti, sa mère l’avait laissé ».

«Johnny ne voulait pas que ses deux petites filles vivent ce qu’il avait vécu : l’indigence, l’abandon… Ce souci était très présent dans son esprit. Johnny voulait faire en sorte que sa vie soit simplifiée et sa succession organisée », a-t-il indiqué.





Laisser un commentaire

Close