Close
Jeannette Bougrab, un soutien indirect de Valérie M, la compagne officielle de Charb ?

Jeannette Bougrab, un soutien indirect de Valérie M, la compagne officielle de Charb ?

La compagne officielle de Charb, l’ex patron de Charlie Hebdo, Valérie M, s’est confiée lors d’un entretien accordé au Parisien, où elle confirme d’une certaine manière la relation de son homme avec Jeannette Bougrab.


Suite aux attentats qui ont secoué la rédaction de Charlie Hebdo en janvier dernier, l’ex secrétaire d’Etat avait en effet fait cas de sa relation avec le caricaturiste.
Ces propos avaient à l’époque été mis en doute par plusieurs personnes.

Et ce week-end, elle a reçu le soutien indirect de Valérie M, la compagne officielle de Charb.

Leur rencontre remonte à 2005, mais c’est en 2010 que leur relation devient sérieuse. « Il faut comprendre que Charb rejetait l’idée même d’une relation sérieuse et se voyait comme un éternel célibataire. Notre histoire, comme celles qu’il a pu avoir avec d’autres femmes, n’avait donc rien d’exclusive », explique Valérie M, soutenant ainsi d’une certaine manière Jeannette Bougrab.

La campagne officielle raconte ensuite le déroulement de la journée du 7 janvier, le jour de l’attentat parisien. «Nous étions ensemble l’avant-veille, la veille et le matin du drame », précise-t-elle. « Nous avons passé la nuit chez lui, dans le quartier Montorgueil. Après le réveil, Charb est parti chercher des croissants à la boulangerie. En revenant, il avait l’air soucieux : il m’a raconté avoir repéré en bas de son immeuble une voiture noire aux vitres teintées, de marque Peugeot ou Renault, je ne me rappelle plus précisément. Il n’était pas du genre à s’inquiéter pour rien, mais là, ça le perturbait », dit-elle.

«J’ai parlé de cet épisode aux policiers qui m’ont entendue, et j’ai écrit à la juge chargée du dossier », dit-elle. Sans retour. Idem pour le cambriolage qui a eu lieu dans l’appartement du dessinateur le samedi qui avait suivi le drame. Des dessins et son ordinateur portable avaient disparu. Là aussi, Valérie M. s’interroge : « Un tel cambriolage, chez un défunt, quelques jours après le drame, ne mérite-t-il pas une enquête approfondie ? ».





Laisser un commentaire

Close