Après avoir été « brisé » par l’exploitation odieuse de son image, Jean-Luc Reichmann se voit confronté à un très mauvais souvenir. Et il brise le silence à ce sujet.

Le magazine «France Dimanche » évoquait dans son édition du 23 août une exploitation odieuse de « la tâche de vin » au visage de l’animateur. Un informaticien a lancé une sorte de filtre sur les réseaux sociaux.
Jean-Luc Reichmann en serait brisé.

Et cette fois, un autre traumatisme lui est rappelé dans les colonnes du magazine «Télé Poche», où l’affaire Quessada a été évoquée.

Alors qu’il refusait d’en parler, une question dans ce sens lui a été posée.
« Ca ne m’intéresse pas, j’ai tourné la page, c’est la justice qui doit parler, je n’ai pas à mêler de ça », a finalement répondu Jean-Luc Reichmann à une question dans ce sens.

Et de rappeler son respect pour la brigade des mineurs, et de la justice française, qui « font un travail extraordinaire ». « Ce n’est pas mon histoire », a martelé l’animateur des 12 coups de minuits.
Ici Paris affirmait début août qu’il était marqué par cette affaire qui a failli briser sa carrière.





Étiqueté dans :