Close
Guillaume Durand, ses poignantes confidences sur la mort de son fils

Guillaume Durand, ses poignantes confidences sur la mort de son fils

En entretien avec le magazine «Gala », Guillaume Durand a abordé pour la première fois la mort de son fils survenue en 2003, alors que la France était en proie à la canicule.

«Cela remonte à l’été 2003. Gabriel, qui n’avait pas un an, a péri dans son lit, pendant la cani­cule », se souvient le journaliste, toujours en pleine promotion de son autobiographie.

«Ni sa mère ni moi n’étions dans la maison de campagne où il est mort dans la nuit. Il était gardé par deux amies de sa maman. Le diagnos­tic a été déli­vré par un méde­cin : mort subite du nour­ris­son », précise-t-il.
Cette triste nouvelle lui avait été annoncée par téléphone alors qu’il était à l’étranger.

«Je me suis senti dévasté, respon­sable, coupable et trahi à la fois. Cet été-là, j’avais réuni tous mes enfants pour une croisière en Croa­tie. La nouvelle, je l’ai apprise à bord », se rappelle Guillaume Durant, qui avait été victime d’un malaise quelques jours après l’enterrement.

«Septembre arri­vait, j’étais à Paris avec quelques amis, tâchant d’ou­blier la tragé­die et puis soudain, je me suis effon­dré. Une heure plus tard, j’étais hospi­ta­lisé à Garches où, sous anxio­ly­tiques à dose massive, je suis resté deux semaines », dit-il.





Laisser un commentaire

Close