Close
Francis Cabrel frappé par un mal incurable, «Ça me tue»

Francis Cabrel frappé par un mal incurable, «Ça me tue»

Installe à Astaffort, dans le Lot-et-Garonne, Francis Cabrel est suppos atteint d’un mal incurable. « Ça me tue » aurait-t-il confié à ce propos. L’angoisse ?

C’est l’annonce du magazine France Dimanche dans son édition daté du 16 octobre avec Laeticia Hallyday en Une.

Pour conforter son propos, le magazine people se base sur déclarations de l’artiste dans « Le Parisien », où il évoquait sa participation régulière aux vendanges. Son père était viticulteur dans le domaine familial.

« On a vendangé il y a quinze jours, a-t-il expliqué. J’ai eu les reins cassés pendant trois jours ! Ça me tue chaque année ! ». Les reins cassés, c’est le mal qui le rongerait et auquel France Dimanche fait référence.

Francis Cabrel qui a réussi un cadeau de Jacques Dutronc, se sent par ailleurs un peu coupable d’avoir une vie trop facile comparée à celle de son regretté père et en a parlé dans l’émission de Laurent Delahousse sur France 2.

« Je culpabilise tous les jours d’avoir une vie trop simple et trop facile, avec une guitare, un cahier, un crayon, par rapport à celle de mon père », a confié le chanteur qui fait son grand retour à la lumière avec un nouvel opus : « A l’Aube Revenant ».

« L’argent gagné, ça a toujours été encombrant… Je n’en parle pas facilement d’ailleurs… » a-t-il reconnu le 11 octobre dernier, dans 20 h 30 le dimanche, sur France 2.
Francis Cabrel se sentait mal à l’aise vis-à-vis de son père, auquel il a écrit une magnifique chanson « Te ressembler ».

« J’aurais voulu te ressembler, je le jure. Mais voilà, il ne suffit pas de vouloir, c’était pas dans ma nature. T’as vraiment dû t’interroger, je suis sûr. Et un jour, j’ai croisé une guitare, j’ai vécu comme on s’amuse. T’avais les pieds sur terre. Et j’étais tout le contraire… ».

Laisser un commentaire

Close