Close
Eric Zemmour, c’est chaud avec Sarah Knafo, «une officialisation », que tout le monde attend

Eric Zemmour, c’est chaud avec Sarah Knafo, «une officialisation », que tout le monde attend

Eric Zemmour serait rassuré que sa proximité plus que professionnelle avec sa séduisante conseillère, une magistrale de la Cour des Comptes, n’ait eu aucun impact sur sa popularité. Tout le monde attend désormais une officialisation.

Le polémiste identitaire serait toujours très demandé.
Après « Paris Match » et Voici, le magazine Public alimente entre les lignes une liaison entre l’ancien sniper de On n’est pas couché et sa conseillère de 28 ans.

« Leurs familles respectives ont les mêmes racines en Algérie. Éric l’a même aidée à préparer le concours de l’ENA, qu’elle a intégrée en 2018. Se lancer dans la course à la présidentielle avec lui est donc une évidence », indique Public, en commentaire de quelques photos sur lesquelles on les découvre plus que proches. Ils s’entendent à merveille. Des liens sentimentaux sont même alimentés en filigrane.

« En fin de journée, Éric Zemmour passe chez sa conseillère très spéciale pour… se changer. Avec Sarah, il ne prend jamais de veste, espérant coucher avec elle sur le papier ses plus beaux projets », ironie l’hebdomadaire. Des révélations que sa femme depuis 39 ans, Mylène, va sans doute apprécier. Eric Zemmour a déjà réagi à ces allégations sur sa vie sentimentale.

« Il faut croire que je commence à inquiéter suffisamment pour que Paris Match, le caniche du pouvoir essaye de me nuire. Je ne me laisserai pas intimider », a-t-il relayé sur sa page Instagram.

Une certitude, ce buzz autour de sa vie privée n’aurait aucun impact sur sa popularité. Il continue à être sollicité. Tout le monde espère une officialisation non pas de ses « liens » avec la séduisante énarque, mais de sa candidature, a rapporté Le Parisien.

« Tout le monde se bat pour avoir l’officialisation de la candidature de Zemmour, reconnaît un matinalier. Mais il faut aussi imaginer un débat avec Marine Le Pen, ou encore un affrontement entre Pécresse et Bertrand, ou Hidalgo et Mélenchon. Sans oublier Macron, que l’on attend de pied ferme. Entre les primaires et le premier tour, il va y avoir de quoi faire ».

Laisser un commentaire

Close