Close
Elsa Zylberstein (Un sac de billes) «Mon père s’est caché pendant la guerre

Elsa Zylberstein (Un sac de billes) «Mon père s’est caché pendant la guerre

Pour les besoins de son rôle dans «Un sac de billes», Elsa Zylberstein s’est un peu replongé dans ses origines familiales.

Dans ce film, adapté du livre de Joseph Joffo, réalisé par Christian Duguay, l’actrice endosse le rôle de la maman de Maurice et Joseph, deux frères juifs livrés à eux-mêmes, dans la France occupée par l’Allemagne Nazie.
Ils font alors preuve d’une incroyable dose de malice, de courage et d’ingéniosité pour échapper à l’invasion ennemie et tenter de réunir leur famille à nouveau.

Avec Un sac de billes, celle qui a partagé durant quelques mois la vie d’Arnaud Montebourg a un peu renoué avec son histoire familiale.

« Mon père est juif, ma mère est catholique. Au-delà des religions, ce sont les rôles qui m’intéressent », dit Elsa Zylberstein qui reconnait tout de même une certaine connexion de son histoire personnelle avec ce long-métrage sorti cette semaine et dans lequel elle donne la réplique à Patrick Bruel.

« mon père s’est caché pendant la guerre, il en parlait souvent, parce que le livre – que je trouve beau, fort – était dans sa bibliothèque, explique-t-elle avant de poursuivre : « Mes grand-parents paternels se sont cachés pendant la guerre, à Lyon. Je connais ces histoires, quand mon père me disait qu’ils ne savaient pas où ils allaient dormir le soir ».

Pour être crédible dans ce rôle, l’actrice explique avoir «travaillé avec Joseph Joffo, savoir comment sa mère était ».

«Je l’ai pris avec mon coeur. On mange les rôles, assure l’actric J’ai pris des cours de violon pour ce rôle. Je me suis mis dans l’optique, moi qui n’ai pas d’enfants, de savoir ce que c’est quand une partie de vous s’arrache, quand vous dites à vos enfants ‘partez vite’ sans savoir si vous allez les revoir. C’est plus un travail sur le vide, sur la perte ».

Laisser un commentaire

Close