Close
Denise Fabre, victime de barbarie, elle est sous le choc

Denise Fabre, victime de barbarie, elle est sous le choc

Ex-speakrine, Denise Fabre aurait été « victime de barbarie », annonce le magazine « France Dimanche », en sa Une.

Elle ne pensait jamais « revivre les horreurs qui ont déjà endeuillé sa ville en juillet 2016 », rappelle l’hebdomadaire dans son édition du 6 novembre, en référence évidemment à l’attentat qui a endeuillé la ville de Nice dont elle est originaire. Trois personnes ont été tuées par un terroriste tunisien de 21 ans.

Comme tous les Français, Denise Fabre est touchée par ce drame. Elle est installée depuis de très nombreuses années à Nice, après avoir quitté la capitale.

« Nice, c’est ma ville, je m’y sens chez moi, j’ai vécu plus longtemps à Paris qu’ici, mais Nice, c’est mon coeur, ma famille, mes amis, mes années d’enfance », a-t-elle confié.
Et à ses yeux, cette ville de la Côte d’Azur illustre « le bonheur et la joie de vivre ».

Très touchée par ce nouveau drame, qui survient quatre ans après un autre horrible attentat, Denise Fabre n’a fait aucune déclaration.

« Denise Fabre aura sans doute plus que jamais besoin de la présence joyeuse et insouciante et ses petits-enfants pour surmonter cet épouvantable drame ».
Suite à l’attentat de 2016, elle était déjà heurtée, brisée.

«Je me sens heurtée profondément, brisée. J’ai très mal vécu les attentats de Paris, je ne sais pas comment je vais surmonter celui-là… Mais j’ai confiance dans la capacité de résilience des Niçois, mais pour l’instant l’heure est à panser nos plaies, confiait-elle.

Laisser un commentaire

Close