Close
Christine Angot s’explique sur son clash avec François Fillon

Christine Angot s’explique sur son clash avec François Fillon

Après s’être clashée avec François Fillon dans L’Emission Politique sur France 2, Christine Angot s’est expliquée sur cet échangé musclé dans les pages de « Libération ».

«Moi, agressive ? Ce qui était violent était la situation que je décrivais ! Pas moi. Allez voir les gens quand ils sont devant leur télé ! Ecoutez-les ! J’ai juste fait en sorte que ce qu’on prend pour du silence ne soit pas du vide » a déclaré l’écrivaine lors de cet entretien accordé à Libération.
«Beaucoup de gens ont l’impression d’être pris pour des imbéciles. Marine Le Pen s’appuie sur ce sentiment », poursuit-elle.
Elle explique n’avoir fait que « traduire le sentiment collectif ».

Invité la semaine dernière de L’émis­sion Poli­tique sur France 2, François Fillon était, on le rappelle, revenu sur les diffé­rentes affaires qui ont émaillé sa campagne, et évoqué au passage le suicide de Pierre Béré­go­voy en 1993, s’attirant ainsi les foudres de Christine Angot.

«Ça fait deux mois que la presse déverse sur moi, ma famille, des torrents de boue. Vous me permet­trez ce soir de m’ex­pliquer. J’ai été élu à 27 ans, ça fait 36 ans que je me consacre à la chose publique. (…) A-t-on une seule fois remis en cause mon honnê­teté ? Jamais. J’ai été président de la région des Pays de la Loire, y a-t-il eu des soupçons ? Jamais. J’ai été ministre, Premier ministre, ai-je été soupçonné de privi­lé­gier des inté­rêts privés sur l’in­té­rêt géné­ral ? Jamais. Et voici qu’à deux mois de la prési­den­tielle, je deviens un person­nage sulfu­reux et, pour tout dire, corrompu. Cette image qui bien évidem­ment me blesse et dans laquelle je ne me recon­nais pas, m’a fait souvent penser à Pierre Béré­go­voy », lançait le candidat de la droite à la présidence de la république.

« J’ai compris pourquoi, on pouvait être amené à cette extré­mité en tous cas, quand l’image qui est donnée de vous est le contraire de ce que vous croyez être », poursuivait François Fillon, allusion sans doute au suicide.

Cette confidence avait profon­dé­ment choqué Chris­tine Angot qui lui a reproché de faire « chan­tage au suicide ».
« Votre parole est malhonnête. Je vous traite de malhonnête. Vous savez ce qu’est le pompon de toute cette histoire ? C’est le coup de Bérégovoy que vous nous avez fait tout à l’heure. Ça, ça ne passe pas ! », disait-elle.

« Vous ne pouvez pas comprendre que je puisse être blessé par des accusations qui sont des accusations mensongères ? », lui répondait alors l’ex premier ministre.
« Vous savez pourquoi ils m’ont fait venir ? Ils m’ont fait venir parce qu’eux, ce que je viens de vous dire, eux ne peuvent pas le dire », concluait-elle en quittant le plateau.

Laisser un commentaire

Close