Close
Charlène de Monaco, défaite amère, sa plus grande rivale squatte le Palais

Charlène de Monaco, défaite amère, sa plus grande rivale squatte le Palais

Charlène de Monaco, fragilisée par les ennuis de santé, regarderait impuissante une sérieuse rivale, la princesse Caroline prendre sa place au Palais. Elle serait désormais perçue comme la vraie première dame.

La maman de Jacques et Gabriella aurait subi une défaite amère, croit savoir Freizeit Heute, qui la dit impuissante face cette situation observée de loin depuis l’Afrique du Sud, le pays ancestral de son adolescence, où elle est retranchée depuis mars dernier.

« C’est un secret de polichinelle que la sœur et la femme du prince Albert (63 ans) ne s’entendent pas, et cela, depuis l’entrée de Charlène de Monaco dans la famille princière ».

Au lieu de l’accepter, Caroline et Stéphanie de Monaco lui auraient « rendu le quotidien cauchemardesque », déçues d’avoir été reléguées à de seconds rôles.

L’arrivée d’une première dame éprouvant des difficultés en français, la langue officielle de la principauté, n’aurait pas non plus été appréciée.
Charlène de Monaco aurait suivi des études à l’Université de Pretoria, exclusivement en langue afrikaans. Et son anglais serait loin d’être académique. « Un mépris de classe » serait déploré.

« Il n’est donc pas étonnant que la princesse Charlène lutte toujours au sein du clan Grimaldi pour s’imposer. Sa place est toujours fragile », indique le magazine allemand.

Ses ennuis de santé tomberaient au bon moment pour Caroline de Monaco, qui a repris naturellement sa place, celle de première dame, fonction qu’elle a occupée depuis le décès de son illustre mère, la princesse Grace.

L’ainée des Grimaldi prend non « seulement du galon en tant que représentante de la famille – mais aussi en tant que mère de substitution aimante pour les héritiers du trône ».
En filigrane, un humiliant message serait lancé à l’épouse du prince Albert : « Charlène, reste où tu es, on n’a pas besoin de toi ici ».

Laisser un commentaire

Close