Close
Brigitte Macron « de tout coeur » avec Laurent de Koh-Lanta, menacé de mort

Brigitte Macron « de tout coeur » avec Laurent de Koh-Lanta, menacé de mort

En sa qualité de professeur de français à la retraite, Brigitte Macron serait sans doute de tout coeur avec Laurent, l’aventurier de Koh-Lanta, Les 4 Terres, victime de menaces sur les réseaux sociaux. Sa fille est aussi prise pour cible.

L’aventurer, professeur d’histoire-géo, en effet été menacé de déc*pitation par un individu décrit comme étant « perturbé » par Le Parisien, qui confirme son interpellation par les enquêteurs de la police judiciaire de Clayes-sous-Bois, dans les Yvelines.
Il est âgé d’une trentaine d’années.

Le complice de Denis Brogniart a été pris pour cible sur Instagram alors qu’il rendait hommage à Samuel Paty, le regretté professeur histoire géo, tué par un islamiste d’origine tchétchène de 18 ans. Il lui reprochait d’avoir montré à ses élèves des caricature de Mahomet pendant un cours sur la liberté d’expression.
« Salut grosse m****, tu ne réponds pas, tu sais ce qu’on fait aux profs ? », lançait cet internaute à Laurent selon les propos rapportés par le quotidien.

«Je vais te décapiter, c’est un truc de prof d’histoire », aurait ensuite écrit cet homme à Laurent, qui est confronté pour la première fois à ce genre de menaces.
L’individu installé en région parisienne serait un ingénieur sans emploi et perturbé.
S’il s’est rapproché dans un premier temps de Laurent, ce serait pour lui reprochant sa stratégie dans l’aventure de Koh-Lanta et sa proximité avec Alix.

Interrogé sur l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, le suspect affirme qu’il a été très « choqué par la dé**pitation de Samuel Paty ». Il confie qu’il a « bien conscience de la gravité de ce qu’il a dit et « n’aurait pas dû le dire ». Sa garde à vue a été prolongée de vingt quatre heures.

Brigitte Macron a rendu hommage à Samuel Paty et a écrit une lettre intitulée « Etre prof ».

« C’est transmettre et anticiper (…) C’est entrer dans une classe et s’y sentir à sa juste place ; C’est repérer une lueur que l’on a pu allumer dans les yeux des élèves, c’est aussi remarquer quand ils décrochent et aller les récupérer ; C’est être heureux quand vous les avez fait réagir à ce qui vous émeut ; C’est avoir de l’ambition pour eux et leur ouvrir les portes (…) C’est développer leur esprit critique pour les rendre libres. Tout cela, Samuel, vous le saviez, et mieux encore, vous l’incarniez. Car vous aviez la plus haute idée de ce qu’est le métier d’enseignant » écrit Brigitte Macron.

Laisser un commentaire

Close