Close
Benjamin Biolay sidéré par le propos du président du conseil scientifique, sa salve

Benjamin Biolay sidéré par le propos du président du conseil scientifique, sa salve

Dans un post sur Instagram, Benjamin Biolay règle ses comptes avec Jean-François Delfraissy, le président du conseil scientifique, qui se livre dans les colonnes de Libération.

« Le confinement, on n’est pas à une semaine près », a-t-il lancé. Cette phrase n’a pas été appréciée par l’artiste.

«On aimerait bien savoir nous. Pouvoir faire des projets. Savoir de quoi demain sera fait. C’est quoi encore ce suspense », s’interroge Benjamin Biolay sur Instagram.

Le chanteur réagit aux propos dans « Libération » du président du conseil scientifique, « inquiet face à la diffusion des variants, « recommande néanmoins d’attendre d’en savoir plus sur leur diffusion avant d’envisager durcir les restrictions ».

Devant les caméras de BFM TV, il n’a pas hésité à évoquer un virus diabolique.
« Les mutants et variants britannique, sud-africain, brésilien et maintenant californien changent complètement la donne », a-t-il assuré, allant jusqu’à les qualifier « d’équivalent d’une deuxième pandémie ».
Ce spécialiste a même qualifié dans ce fichu virus qui a fait en France plus de 70 000 un « virus diabolique, plus intelligent qu’on ne le pense ».
Seul espoir à long terme : les vaccins, mais ils risquent de souffrir de tensions d’approvisionnement.
Jean-François Delfraissy a même pris ses distances avec le ministre de la Santé.
« Quand Olivier Véran, taxée d’assassin » dans une émission télévisée, imagine une vaccination de toute la population cet été, Delfraissy rétorque ne pas croire en plus de 40 % d’immunisés à la même époque », a glissé le quotidien.

Laisser un commentaire

Close