Close
Aurélie Filippetti dévastée, abus d’Olivier Duhamel, ce drame qui la hante

Aurélie Filippetti dévastée, abus d’Olivier Duhamel, ce drame qui la hante

Aurélie Filippetti, prof à Science Po, qui avait averti l’institution sur le comportement d’Olivier Duhamel, accusé d’abus sexuels sur son beau-fils alors que celui-ci était adolescent, a été traumatisée par un sombre épisode.

Et elle en avait parlé lors d’un entretien accordé à RTL, où elle confirme que cette décision a été motivée par un traumatisme passé.

« J’aurais souhaité que nos étudiants ne vivent pas aujourd’hui ce traumatisme de se dire que quelqu’un en qui ils avaient confiance les a trahis et les a trompés. », a-t-elle indiqué.

Lorsqu’elle a eu vent des agissement présumés d’Olivier Duhamel, le directeur de Science Po n’aurait pas réagi.
L’ex-ministre de la Culture se rappelle ensuite traumatisme vécu par l’un de ses amis.
« Quand j’étais étudiante, un de mes meilleurs amis m’a raconté qu’il avait été violé par son grand-père entre l’âge de 8 et 12 ans j’en ai été dévastée », a-t-elle indiqué. Je ne savais pas quoi faire et à ce moment-là, je n’avais aucun moyen de faire quoi que ce soit. Et il n’en a jamais parlé. ».

En entretien avec l’Obs, qui lui offre sa Une, Camille Kouchner, la belle-fille d’Olivier Duhamel, a précisé de son côté la raison pour laquelle cette affaire a été gardé sous silence durant une trentaine d’années.

« J’ai choisi d’écrire car je ne pouvais plus me taire. Il y a un an, j’ai expliqué à mes enfants ce qui s’était passé. J’avais besoin de leur montrer qu’on n’allait pas tous rester emprisonnés dans le silence », a-t-elle confié.

Je ne pouvais pas à la fois leur dire qu’on ne doit pas se laisser imposer ses secrets et, moi-même, rester dans le silence. Ce livre est né de cette nécessité?: témoigner de l’inceste pour montrer que ça dure des années et que c’est très, très difficile de se défaire du silence ».

Laisser un commentaire

Close