Close
Amel Bent, grossesse à risque, terrible épreuve partagé avec Marlène Schiappa

Amel Bent, grossesse à risque, terrible épreuve partagé avec Marlène Schiappa

Amel Bent a confié être enceinte de son troisième enfant, quelques mois après une terrible fausse couche. Sa grossesse serait très haut risque. Ce drame auquel elle a été confrontée, la chanteuse le partage avec Marlène Schiappa.

Enceinte de quatre mois, la coach de The Voice devrait faire preuve d’une grande prudence avec son agenda surchargé, a rappelé Public, qui se base sur les confidences livrées par l’artiste dans Télé Matin sur France 2, alors qu’elle s’apprête à amorcer le tournage du télé-crochet de TF1.

« C’est une grande logistique et une organisation qui occupe toutes mes pensées », a-t-elle indiqué.

« Parviendra-t-elle à concilier le besoin de repos d’une maman, qui a déjà connu un accident de grossesse, avec la dureté, le stress, les coups durs d’un métier aussi exigent que le sien », s’interroge la publication.

L’épreuve surmontée de la fausse-couche par Amel Bent a aussi été vécue par Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté.
Ce drame, la protégée de Brigitte Macron l’évoque dans Ambition Intime, l’émission présentée par Karine Le Marchand sur M6. La diffusion est diffusée ce 7 novembre.
«J’ai eu un début de grossesse qui ne s’est pas bien passé et qui s’est terminé par une fausse couche qui était compliquée », a répondu la ministre à Karine Le Marchand, qui lui demandait la raison pour laquelle elle avait reporté leur rendez-vous de deux mois.

« Au début, je n’ai pas osé dire ce que j’avais parce que la politique est un milieu ultra-concurrentiel. Quand vous avez une fragilité, les gens ne sont pas dans l’empathie », déplore celle qui est toujours affectée par cet épisode traumatique.

Finalement, elle a reçu de nombreux soutiens dont celui de Jean Castex, le Premier ministre.
«  Ils m’ont dit : ‘Prends le temps que tu as besoin de prendre’. Et après, j’en ai parlé à d’autres femmes, politiques ou pas politiques, et je me suis aperçue que c’était hyper fréquent. On n’ose pas, on a un peu honte et je ne sais pas pourquoi, car il n’y a pas de honte… », a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Close