Close
Albert de Monaco en thérapie, ce complexe qu’il n’a pas réussi à gérer

Albert de Monaco en thérapie, ce complexe qu’il n’a pas réussi à gérer

En tombant sous le charme de Charlène de Monaco, la mère de ses adorables jumeaux, le prince Albert de Monaco pensait avoir mis le grappin sur une réplique de sa mère, la regrettée, la princesse Grace. Un complexe d’œdipe non géré.

Cette piste est alimentée par le magazine Elle dans son édition en ligne, où quelques pistes sur les causes de l’exil de la première dame ont été listées.
À son entrée dans la famille princière de Monaco, la princesse de Monaco se sentait à l’aise et acceptée.

«Au début, la beauté et la gaieté de la jeune fille ravissent les Monégasques. Une championne de natation, auprès de ce prince si sportif, quelle bonne idée ! », commente la publication. Le fait qu’elle soit anglophone n’est pas un problème : Albert, on le sait, est plus à l’aise dans la langue de sa mère, Grace ».

Le fait que le prince Albert de Monaco n’ait pas réellement résolu son complexe d’œdipe est alimenté. Il s’agit d’un syndrome qui se manifeste par une passion que démontre un enfant pour son parent de sexe opposé.

«Cette phase survient habituellement entre l’âge de 3 et 6 ans. … Ainsi, cette phase peut passer inaperçue chez un enfant ou se manifester de façon plus marquée chez un autre ».
«C’est en français, l’idiome de son père, qu’il bégaye… allo Freud ? », s’interroge la publication.

Laisser un commentaire

Close