Si Alain Juppé a perdu à la primaire de la droite et du centre, ce serait en raison de son excès de sincérité, explique la journaliste Gaël Tchakaloff, auteure du livre « Divine Comédie », pour lequel elle a suivi les coulisses de la campagne présidentielle.

L’ex premier ministre «a perdu par excès de sincérité. Il n’a pas voulu se préparer au débat, ne pas diffuser d’éléments de langages. Il a été un peu embarqué par les sondages. Les médias sont aussi co-responsables de sa défaite (à la primaire, ndlr) en montant en épingle le duel entre Sarkozy et Juppé qui ne correspondait pas à la réalité ou a déclenché une forme de rébellion de l’électorat », explique-t-elle.

Et elle profite ensuite pour parler de Marine Le Pen, qu’elle compare à « Sissi l’impératrice ».

«C’est une éponge. Elle est encore plus cabossée que les autres et fonctionne un peu comme les Alcooliques anonymes. Les gens transfèrent sur elle beaucoup de choses parce qu’ils pensent qu’elle est en capacité de comprendre puisqu’elle a beaucoup souffert, explique par ailleurs le journaliste dans son livre. Dans sa vie personnelle, elle est désarmante de chaleur, de sincérité, de franchise, de drôlerie. Ce côté extrêmement sympathique que n’avait pas son père la rend d’autant plus dangereuse ».

Divine Comédie, de Gaël Tchakaloff, Éd. Flammarion, 208 p., 19,90 €.





Étiqueté dans :