Laurence Ferrari réplique à Christophe Hondelatte «Il faut que le dialogue reprenne »

23/10/2016 à 18:30

Prise à partie dans ONPC sur «France 2» par Christophe Hondelatte qui lui avait reproché de se faire discrète dans le conflit sur i-Télé, Laurence Ferrari brise le silence.



Le journaliste avait déclaré à propos d’Audrey Pulvar et Laurence Ferrari :

«Moi, je veux bien qu’on soit révolutionnaire, j’adore les exaltés. Mais il faut l’être dans tous les cas. Y compris quand ça menace ses intérêts. C’est d’ailleurs là qu’on voit les vrais révolutionnaires…C’est lorsque ça menace ses intérêts, quand ça menace son émission sur C8, que ça menace son émission sur itélé, quand ça menace le gros salaire qu’elle a sans doute gardé de l’ancienne direction de Canal+. Comme Laurence Ferrari, qu’on entend pas beaucoup. Alors, je trouve qu’elles ne sont pas très courageuses. Le métier est menacé à travers cette affaire-là. Il faut qu’elles soient toutes les 2 beaucoup plus courageuses », lançait-il.

Et à Laurence Ferrari de lui répondre.

« La grève qui risque d’entrer dans sa deuxième semaine est une souffrance pour chacun d’entre nous, car tous -journalistes et techniciens- nous préférerions être sur le terrain ou à l’antenne pour faire vivre à nos téléspectateurs la campagne présidentielle française ou américaine, le démantèlement de la jungle de Calais demain ou encore la bataille de Mossoul en Irak », répond-t-elle sur Facebook «  Les demandes répétées des journalistes et personnels de Itele en vue d’obtenir plus de moyens pour produire les différentes éditions de l’antenne sont légitimes et je les soutiens totalement », poursuit-elle.

«  De même à quelques jours du lancement de CNews nous devons tous avoir une vision claire du projet éditorial qui va s’articuler sur cette chaîne ».

«J’entends aussi et je partage les interrogations sur la place de Jean-Marc Morandini -mis en examen pour corruption de mineurs aggravée- sur l’antenne d’une chaîne toute info, même si j’estime qu’il ne m’appartient pas de décider qui a le droit ou non d’y intervenir, tant que la justice n’est pas passée », a-t-elle fait savoir.
«
Aujourd’hui notre chaîne est à l’arrêt. Le niveau d’incompréhension des téléspectateurs et de désespoir de la rédaction est total. Il faut donc de toute urgence recréer les conditions d’un dialogue serein et respectueux qui nous permette une sortie de crise et la reprise de l’information de nos téléspectateurs qui est notre vocation première et à laquelle chacun à Itele est viscéralement attaché.

La tournure politique que prend cette crise est une dimension que chacun doit bien mesurer à l’heure de la campagne de 2017. La rédaction de Itele est indépendante et entend le rester. J’appelle donc une nouvelle fois à trouver une solution par le biais de la négociation et de l’échange au sein de notre entreprise », conclut Laurence Ferrari.




Rejoignez-nous sur Facebook


LeGossip.net - 2016 - Mentions légales